Comment naviguer les eaux troubles des nouvelles et des médias sociaux

Équipe C2
Craig Silverman in the Big Top

Pour ceux qui mangent littéralement de l’info, les temps sont durs. Le phénomène des fausses nouvelles et les failles des médias traditionnels soulèvent des questions sur la confiance que l’on accorde à l’actualité. Et puis, les algorithmes des médias sociaux ont plus d’influence que jamais sur ce que nous lisons et regardons. Peu de gens connaissent mieux cet environnement que Craig Silverman, rédacteur en chef de BuzzFeed Canada, l’homme qui a contribué à populariser le terme «fausses nouvelles», en l’introduisant pour la première fois dans un article qui traitait de ces jeunes Macédoniens qui ont produit des contenus mensongers avant l’élection présidentielle américaine de 2016.

Lors de la première journée de C2 Montréal, Silverman a offert quelques conseils pour mieux naviguer les eaux troubles des nouvelles et des médias sociaux en 2018.

 

Attention au super gros hamburger

Selon Silverman, tous ceux qui ont déjà publié des photos de leur repas sur les médias sociaux ont probablement appris une bonne leçon. Une belle salade peut vous valoir quelques likes, mais si vous voulez vraiment susciter des réactions, publiez une photo d’un hamburger de 30 cm de haut avec cinq boulettes de viande.

«Continuez à mettre en ligne le beau sauté que vous avez fait à la maison, et les gens n’aimeront plus ça», dit-il. «L’un des meilleurs moyens de faire réagir les masses, c’est de se tourner vers l’extrême.»

Les médias sociaux ne vous donnent pas nécessairement les nouvelles dont vous avez besoin: les algorithmes sont basés sur les réactions, ce qui signifie que ce qui est le plus partagé n’est pas nécessairement la plus grande histoire.

 

Vérifiez d’abord, faites confiance après

Plus de clics veut dire plus d’argent. Silverman raconte l’histoire d’une ville macédonienne dont l’économie a été dévastée par la fermeture d’une grande usine. Certains jeunes hommes se sont tournés vers la création de sites Web qui intéresseraient les jeunes anglophones – un marché plus vaste que celui de la création de contenu pour les Macédoniens. Ils ont rapidement constaté que la meilleure façon d’obtenir des clics était de se concentrer sur ce qui choque – que ce soit vrai ou non.

«Chaque jour, nous essayons de découvrir les nouveaux mensonges, les nouvelles manipulations, les façons dont certaines personnes trompent les entreprises et les algorithmes pour attirer l’attention et gagner de l’argent.»

 

Prenez conscience de votre pouvoir

Jusqu’à tout récemment, lorsque deux partis politiques s’opposaient, l’enjeu était l’interprétation des faits, pas les faits eux-mêmes. Les fausses nouvelles brisent le tissu de cette réalité partagée. Heureusement, il y a une réponse, mais il faudra que plusieurs milliards de personnes y travaillent.

«Le pouvoir est entre vos mains. Vous avez le pouvoir d’aimer ou de partager quelque chose ou non. Cela semble insignifiant quand vous le faites, mais chaque personne qui réfléchit un peu plus avant de partager ou non peut faire une différence. Tout le monde doit y penser, autant les entreprises que le grand public.»