Mobilité durable: 6 entreprises d’ici qui se démarquent sur le plan de l’électrification des transports

Présenté par le Gouvernement du Québec et Propulsion Québec
Alors que le Québec entreprend sa relance économique, l’environnement et l’énergie verte sont plus que jamais une priorité. De nombreux entrepreneurs d’ici se sont engagés à poursuivre leurs activités de façon plus propre afin d’accélérer le virage vers la mobilité électrique. En voici six œuvrant dans le secteur de de l’électrification des transports, de l’économie verte et du futur des villes, que vous découvrirez plus en profondeur grâce aux capsules Québec électrique.

 

Entreprise: Développement Effenco Inc.

Fondée en: 2006

Secteur: Électrification des véhicules lourds

Siège social: Montréal

#employés: environ 80

Pendant leurs études à l’École de technologie supérieure, les trois ingénieurs derrière Effenco avaient déjà identifié les véhicules lourds vocationnels comme le segment le moins efficace du secteur des transports. La collecte de données et le développement d’algorithmes pour mesurer la performance de ces véhicules a permis de concevoir un système électrique hybride qui maximise le temps d’arrêt du moteur. Cela permet d’économiser sur le carburant, mais aussi de fournir de l’énergie électrique à l’ensemble des équipements auxiliaires (benne, nacelle, etc.), selon le type de véhicule. De plus, Effenco a récemment élargi son offre en annonçant les précommandes pour leur tout nouveau système 100% électrique.

David Arsenault, président, Effenco

À propos des opportunités et enjeux d’affaires depuis les débuts de l’entreprise:

« Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, la meilleure approche pour électrifier les véhicules lourds est de réduire au maximum la quantité d’énergie (batterie) montée à bord du véhicule. La seule façon d’y parvenir sans affecter les performances est de prédire la destination du véhicule. Effenco est une des rares entreprises possédant les données ainsi que les algorithmes d’intelligence artificielle permettant d’anticiper les déplacements des véhicules lourds. C’est pourquoi nos systèmes électriques sont les plus compétitifs.»

À propos de la vision d’avenir de l’entreprise, à moyen et long terme:

« La relance économique se fera sous le signe du développement durable. Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire de faire des choix qui allient économie et environnement. La confiance des investisseurs envers notre technologie et notre plan de croissance témoignent du fait que le développement économique et la lutte contre les changements climatiques vont de pair. »

 

Entreprise: Communauto

Fondée en: 1994

Secteur: Autopartage

Siège social: Montréal

#employés: plus de 150

Le premier service d’autopartage en Amérique du Nord a débuté à Québec avec trois véhicules et une vingtaine de clients. 26 ans plus tard, l’entreprise possède le plus grand parc de véhicules électriques en autopartage au pays et poursuit actuellement son expansion au Canada et à l’international. L’an dernier seulement, Communauto a ajouté 700 véhicules à son parc de 3 000 véhicules disponibles avec ou sans réservation dans 16 villes réparties sur deux continents (Amérique du Nord et Europe). Considérant que chaque voiture en autopartage remplace en moyenne dix véhicules privés, Communauto estime que la réduction globale de CO2 au Québec à plus de 48 000 tonnes annuellement.

Marco Viviani, vice-président, développement stratégique, Communauto

À propos des opportunités et enjeux d’affaires depuis les débuts de l’entreprise:

«Depuis ses débuts, Communauto a évolué de plusieurs façons. En ce qui a trait au progrès technologique, on voit que tout s’est accéléré au cours des dernières années. Nous, on travaille sur l’électrification de nos véhicules depuis environ dix ans. Maintenant, pour les dix années à venir, c’est certain qu’on poursuit avec l’électrification, mais on regarde aussi en direction de l’intelligence artificielle, des véhicules autonomes et de la technologie de l’information. Tout ça représente autant de défis que d’opportunités pour nous.»

À propos de la vision d’avenir de l’entreprise, à moyen et long terme:

«Communauto est née avec une mission très forte : transformer notre relation avec l’automobile de façon à réduire notre impact environnemental. On souhaite amener les gens à considérer l’automobile comme une autre forme de transport en commun, passer de “Je possède une voiture” à “J’utilise une voiture”. On peut d’ailleurs voir des résultats positifs, notamment à Montréal où des études démontrent une baisse de l’utilisation de la voiture dans certains quartiers, au profit de l’autopartage. Cependant, nous sommes encore considérés comme une solution nichée, alors notre objectif général reste le même, c’est-à-dire de normaliser l’autopartage auprès du plus grand nombre possible, ici comme en Europe.»

 

Entreprise: Électrique lion

Fondée en: 2008

Secteur: Conception, fabrication et distribution de véhicules urbains de poids moyens et lourds 100 % électriques

Siège social: St-Jérôme

#employés: plus de 450

L’entreprise de Saint-Jérôme, qui prépare l’entrée en bourse de sa nouvelle entité (nommée Lion), a le vent dans les voiles. En effet, une nouvelle usine américaine qui fabriquera 20 000 véhicules par année s’ajoutera à celle des Laurentides, où le siège social se trouve. L’entreprise, qui propose sept modèles de camions et autobus électriques, a conclu une entente potentielle d’achat avec Amazon. «À ce jour, Amazon a passé une commande pour l’achat de 10 camions Lion6, et toutes les livraisons de ces camions devraient être achevées vers la fin du premier trimestre de 2021. Nous sommes fiers de ce partenariat», a déclaré Marc Bédard, président et fondateur de Lion Électrique.

Marc Bédard, président et fondateur de La Compagnie Électrique Lion

À propos des opportunités et enjeux d’affaires depuis les débuts de l’entreprise: 

« Changer le monde par l’électrification des transports lourds a toujours été l’objectif. La première étape était l’amélioration des autobus scolaires, domaine que je connaissais déjà bien à l’époque. Tout en étudiant la faisabilité de résoudre les problèmes de rouille et en allégeant les autobus scolaires, on menait parallèlement le développement de la future version 100% électrique de notre autobus scolaire. Si vous saviez combien de personnes nous ont traités de fous! Il faut admettre qu’il fallait l’être un peu pour persévérer. Avec le développement de la technologie pour les autobus, le projet suivant, de faire des camions 100 % électriques, était tout à fait naturel. De la conception des pièces, la recherche de partenaires, l’approvisionnement, à la mise en place de l’usine, il y avait des défis à tous les niveaux. Il y en a encore aujourd’hui et c’est ce qui me passionne! On a commencé à livrer nos premiers camions en 2020 et on continuera de diversifier notre gamme de véhicules dans l’avenir. »

À propos de la vision d’avenir de l’entreprise, à moyen et long terme:

« La recherche et le développement sont au cœur d’Électrique Lion et on y investit massivement. À ce jour, Lion compte plus de 465 employés à temps plein, avec environ 220 personnes dédiées à la production de véhicules, 130 ingénieurs et R&D professionnels, 35 représentants des ventes et marketing et 80 employés liés aux fonctions corporatives et administratives. Nous avons aussi d’autres projets d’envergure au cours des prochaines années, tels que l’ouverture d’une usine de batteries pour répondre aux besoins de nos véhicules, et d’une usine d’assemblage de grande capacité aux États-Unis pour répondre à la demande. On voit un très grand intérêt au niveau de l’électrification. On est un leader dans l’électrification des transports en Amérique du Nord. On veut garder notre position de chef de file et on prend les moyens pour y arriver.»

 

Entreprise: Attrix

Fondée en: 2014

Secteur: Télématique commerciale

Siège social: Mont-Saint-Hilaire

#employés: 27

L’un des principaux obstacles encourus par les gestionnaires de flotte dans leur transition vers l’énergie verte est le manque d’expertise et de données. C’est pourquoi Attrix a développé, en collaboration avec l’entreprise canadienne Geotab, son audit de conversion. Grâce à la télématique, une technologie qui capture les données sans fil et en temps réel, les gestionnaires obtiennent des informations sur l’efficacité de la productivité, l’analyse des dépenses de carburant et la mesure des initiatives de sécurité, leur permettant de prendre des décisions éclairées. Attrix encourage également les conducteurs de véhicules municipaux à adopter une conduite plus sécuritaire et plus verte. En surveillant des facteurs tels que le freinage brutal, la conduite agressive, l’accélération rapide et l’excédent de vitesse du véhicule, les opérateurs de flotte peuvent cibler des comportements ayant une incidence notable sur l’environnement. En août dernier, Attrix est devenu le premier Grand Partenaire de Propulsion Québec, qui profitera de son soutien pour contribuer à l’essor de l’industrie des transports électriques et intelligents du Québec.

Anthony Mainville, président, Attrix technologies Inc.

À propos des opportunités et enjeux d’affaires depuis les débuts de l’entreprise:

«L’entreprise a toujours été concentrée sur la conformité et l’optimisation en GES auprès des compagnies de transport de marchandises, d’autobus et de poids lourds. Avec l’accélération de l’électrification des transports, on a pu en constater les bénéfices et on y a vu l’occasion parfaite pour entamer notre transition. On a aussi pour objectif de s’impliquer dans l’électrification des transports pour pouvoir soutenir l’industrie des poids lourds dans leur transition. L’arrivée de la pandémie a énormément accéléré les différentes activités liées à la transition énergétique, et ce, dans une multitude de domaines. Aujourd’hui, toutes nos activités et notre développement liés aux véhicules électriques et aux flottes de véhicules électriques sont aussi importants que nos activités au sein des flottes commerciales, alors qu’il y a un an, on prévoyait deux ou trois ans avant d’atteindre ce niveau. À mon avis, un des facteurs de cette accélération est le fait que le Québec représente un écosystème unique pour l’électrification. Avec ses fabricants, ses spécialistes, son expertise en électrification, le Québec se démarque fièrement dans le monde. De plus, notre volonté de faire en sorte que la relance économique soit liée aux industries vertes et à l’électrification des transports a aidé à propulser cette transition.»

À propos de la vision d’avenir de l’entreprise, à moyen et long terme:

«Un de nos objectifs les plus importants est de conseiller les flottes commerciales dans leur perspective de transition énergétique. Avec cette accélération dont je parlais plus tôt, on constate que les gestionnaires de flottes doivent dès aujourd’hui préparer leur transition. Et l’objectif pour Attrix est d’apporter à ces entreprises-là une expertise spécialisée se basant sur une analyse de données provenant des les véhicules connectés. Notre équipe guide non seulement les flottes d’ici à prendre des décisions éclairées afin favoriser leur rentabilité, mais aussi à aider les chauffeurs sur la route avec une assistance directe.»

 

Entreprise: AddEnergie

Fondée en: 2009

Secteur: Solutions de recharge pour véhicules électriques

Siège social: Québec

#employés et/ou chiffre d’affaires: 310

Fabriquer des véhicules électriques, c’est bien… mais comment assurera-t-on leur alimentation énergétique? C’est la mission que l’entreprise s’est donnée : bâtir un réseau de bornes et de logiciels de recharge interconnectés afin d’offrir un service de réapprovisionnement intéressant pour les consommateurs. Depuis 2009, AddÉnergie et son réseau FLO ont réalisé 5,3 millions de recharges et permis le transfert de 48 GWh d’électricité, grâce à 30 000 bornes déployées sur des réseaux publics ainsi que dans des installations commerciales et résidentielles.

L’avenir semble très prometteur pour l’entreprise, car la demande de bornes de recharge augmentera rapidement au cours des prochaines années, poussée par la croissance anticipée de 23 % par année des ventes de véhicules électriques

Louis Tremblay, président et chef de la direction, FLO | AddÉnergie

À propos des opportunités et enjeux d’affaires depuis les débuts de l’entreprise:

« Mon intuition de départ quand j’ai fondé l’entreprise, c’est qu’il était primordial de livrer aux conducteurs de véhicules électriques une expérience de recharge irréprochable. En effet, pour accroître l’adoption du véhicule électrique, la qualité de l’expérience se traduit en nouveaux ambassadeurs… ou en vigoureux détracteurs! C’est pour cette raison qu’on a toujours mis l’emphase dans l’opération de notre réseau sur la qualité, la solidité et la fiabilité. Nos bornes ont traversé les hivers québécois avec succès et la confiance qu’inspirent notre réseau et nos produits est au cœur de notre réussite, au Québec, au Canada et sur le marché américain. »

À propos de la vision d’avenir de l’entreprise, à moyen et long terme:

« Notre vision est de nous établir parmi les leaders mondiaux dans le domaine de la recharge pour véhicules électriques. L’une des idées maîtresses sur lesquelles on mise, c’est la notion de développement intelligent : installer un réseau de bornes qui répond aux besoins d’aujourd’hui et qui pourra évoluer en suivant la croissance attendue des ventes de véhicules électriques. On s’affaire aussi à déployer des installations qui permettent de démocratiser l’accès aux véhicules électriques pour l’ensemble de la population, en ville comme en régions éloignées, en passant par le secteur commercial, la recharge au travail et le résidentiel. »

 

Entreprise: Institut du véhicule innovant (IVI)

Fondée en: 2015

Secteur: Véhicules électriques, autonomes et connectés

Siège social: Saint-Jérôme, avec bureau à Montréal

#employés : 35

L’IVI est reconnu comme étant une référence incontournable pour l’avancement de la recherche appliquée et du développement de technologies de véhicules diminuant l’empreinte écologique du transport. Constitué en organisme à but non lucratif, l’IVI détient un statut de centre collégial de transfert de technologie affilié au Cégep de Saint-Jérôme. Ses trois champs d’expertise (véhicules électriques, véhicules autonomes et véhicules connectés) en font un véritable accélérateur d’innovation aidant l’industrie québécoise à se positionner rapidement dans un marché en pleine croissance.

Récemment, le Cégep de Saint-Jérôme a annoncé la construction d’un nouveau bâtiment pour l’IVI, qui sera érigé sur le terrain cédé par la Ville de Saint-Jérôme, situé sur la rue Claude-Audy dans le quartier industriel. Regroupant toutes les activités de l’organisation sous un même toit, ce nouvel espace permettra à l’IVI de poursuivre sa croissance et de mieux répondre à la demande grandissante des entreprises québécoises qui souhaitent être soutenues dans la filière du véhicule électrique et intelligent.

François Adam, directeur général de l’Institut du véhicule innovant

À propos des opportunités et enjeux d’affaires depuis les débuts de l’entreprise:

«Notre mandat, c’est d’accélérer l’innovation au sein des entreprises dans le domaine du transport avancé. Il y a 20 ans, la technologie était moins avancée et ça nous limitait beaucoup dans les applications qu’on pouvait en faire. Mais avec le progrès des dernières années, comme les nouvelles technologies liées aux batteries, et surtout avec la baisse des coûts relatifs à l’électrification des véhicules , cela nous a apporté de nombreuses possibilités d’application. De plus, au cours des six dernières années, nous avons développé une expertise en automatisation de la conduite qui pourra aider à réduire le besoin de main d’œuvre dans certains secteurs de transports. C’est un créneau très prometteur.»

À propos de la vision d’avenir de l’entreprise, à moyen et long terme:

«Dans un peu plus d’un an, on aura un nouveau bâtiment, un beau centre de recherche et d’innovation de classe mondiale, où on pourra mieux répondre au besoin d’innovation de l’industrie. On pourra accueillir plus d’employés et on aura beaucoup plus d’espace pour nos projets. C’est aussi important pour nous de rester à la fine pointe de la technologie dans nos trois créneaux. Notre mission étant de fédérer l’industrie autour de tout ce qui se fait en nouvelles technologies, c’est de cette façon que les entreprises québécoises pourront continuer de se démarquer à l’international. C’est donc ainsi que nous pourrons réussir à répondre à la demande croissante.»

 

Découvrez encore plus de contenu lié à l’électrification des transports en visitant notre page consacrée au Forum Québec électrique, qui a eu lieu lors de la dernière édition de C2 Montréal.

 

Des questions? Des commentaires? Écrivez-nous à editorial@c2.biz