Revenir à la liste des conférenciers
Speaker, Jowan österlund

Jowan Österlund

Fondateur et PDG, Biohax International

Bien des gens ont Jowan Österlund dans la peau – ou plutôt sous la peau. Cet ancien perceur devenu entrepreneur biotechnologique est une autorité en matière de biohacking en Suède et a implanté des centaines de micropuces à ce jour. Sa vision s’articule autour de l’idée d’amener les humains à interagir plus harmonieusement avec la technologie pour passer de l’Internet des objets à ce qu’il appelle «l’Internet des gens». Inspiré par les possibilités bien réelles suggérées par la science-fiction, Jowan a puisé dans des références comme le film de 1995 Johnny Mnemonic pour nourrir ses recherches, sa vie et sa carrière.

Avec plus de 15 ans d’expérience en matière de procédures stériles de perçage et de modification corporelle – il a déjà réalisé pas moins de 30 000 piercings -, Jowan a fondé Biohax International en 2013. La pierre angulaire de son entreprise est un dispositif passif de communication en champ proche (CCP), sans pile ni système de suivi ou GPS. La micropuce Biohax permet à la personne qui la porte de se plier à des processus d’identification et autres attestations de sécurité de façon rapide et sûre dans un environnement connecté. Pour Jowan, l’évolution technologique proposée par son entreprise doit aller de pair avec la normalisation des biodispositifs destinés au grand public, notamment en ce qui a trait aux processus de réglementation et au développement de la législation. L’équipement de Jowan se trouve à son studio de perçage, Federal City, où il installe des implants en utilisant les technologies CCP et RFID, en plus de réaliser des piercings et des modifications corporelles. Les puces prennent moins d’une seconde à implanter, sont «encore plus sécuritaires qu’un piercing» et peuvent immédiatement être synchronisées à votre téléphone, s’intégrer à d’autres médias numériques ou être utilisées pour déverrouiller les portes ou régler des achats, permettant ainsi aux humains de parler le langage des machines et de mieux s’adapter à leur environnement hyperconnecté.