Votre guide du retour au travail: conseils d’une équipe qui est (presque entièrement) revenue au bureau

Présenté par Kyu
Jim Keane, P.D.G. de Steelcase Inc., croit que les employeurs devraient organiser les espaces de travail de façon stratégique pour que les employés aient envie d’y revenir.

En tant que leader dans l’industrie du mobilier de bureau, M. Keane expliquait lors d’un entretien à C2 En ligne Montréal 2020, que «le télétravail est un facteur d’égalisation; les maisons de nos employés sont les mêmes que les maisons des employés de nos compétiteurs. Si on se limite à cela, on abandonne l’idée que ces espaces ont des bénéfices concrets.»

«En ce qui a trait au travail individuel, nos maisons ne devraient pas être meilleures que nos bureaux.»

Cependant, il semble que nombre d’entreprises n’ont toujours pas trouvé une façon de mettre en valeur les avantages du travail au bureau: un sondage Gallup révélait récemment que les deux tiers des employés en télétravail depuis la pandémie souhaitent continuer de travailler de la maison.

De plus, lorsque la firme de consultance organisationnelle Korn Ferry a sondé mille professionnels afin de savoir ce qui les excitait le plus à l’idée de retourner au bureau, une personne sur cinq a répondu «Rien». Plus de la moitié des répondants affirmaient être plus productifs en mode télétravail.

On sait que l’argument sur l’augmentation de la productivité en télétravail est reconnu depuis un certain temps (une étude populaire datant de 2014 avait révélé que les employés de centres d’appels travaillant de la maison étaient 13 % plus productifs que leurs collègues travaillant dans les bureaux), mais Jim Keane observait que même les employeurs ayant adopté très tôt le mode télétravail souhaitent éventuellement réunir à nouveau leurs employés.

L’argument clé du retour au bureau est, selon lui, le capital social: ce phénomène invisible qui nous connecte et influence la cohésion de l’équipe.

Les employés en télétravail peuvent se sentir moins impliqués, moins investis dans l’entreprise, une tendance qui peut mener à un plus grand roulement d’employés, selon M. Keane. Avec le temps, ajoutait-il, on peut constater que le télétravail vient avec un certain coût.

Maintenant que 60 % des employés de Steelcase sont de retour au bureau, Jim Keane a présenté ses observations sur le retour au travail de son entreprise.

N’assumez pas que l’expérience de télétravail de tout le monde a été positive

Pour des employés-cadres, qui vivent généralement dans de grandes maisons, équipées de chaises ergonomiques et de multiples écrans, le télétravail peut être une expérience confortable. Mais ce n’est pas nécessairement le cas pour les parents qui travaillent, les employés vivant en colocation ou dans des logements plus petits. En tant que leader, il est important d’en être conscient.

 

Progressivement, mais pas trop

Il est normal de vouloir ramener ses employés progressivement, mais si un bureau rouvre avec seulement 10 % de ses employés, on aura l’impression de travailler dans une ville-fantôme. M. Keane estime qu’un retour de 30 à 40 % des employés représente un pourcentage adéquat pour que son équipe bénéficie des avantages de la vie de bureau.

 

Encourager et non obliger

Bien que Steelcase ait choisi une approche graduelle pour le retour au bureau, elle n’a jamais été obligatoire. «Faites confiance à vos employés et en leur capacité de faire les bons choix, a-t-il affirmé, «et même si certains décident de poursuivre le télétravail, cela n’est pas problématique.»

 

Créez un bureau sécuritaire

La nouvelle routine matinale chez Steelcase comprend désormais une prise de température et une évaluation de symptômes. On y applique la distanciation sociale ainsi que le port du masque et les réunions sont plus petites. Priorisez un environnement sécuritaire afin que vos employés s’y sentent bien.

 

Apprenez à maîtriser une nouvelle réalité hybride

Même si vous travaillez à nouveau dans vos bureaux, il est possible que vos réunions incluent des employés à distance. C’est pourquoi il est important de faire en sorte que chacun puisse participer aux réunions et y interagir de façon égalitaire.

 

Un bureau sans COVID: Steelcase s’est associé avec MIT afin d’étudier la mobilité des virus afin de mieux comprendre où et comment le coronavirus peut être transmis dans un bureau. La recherche est en cours, mais les résultats seront publiés éventuellement. À suivre!

 

Des questions? Des commentaires? Écrivez-nous à editorial@c2.biz